Page:Rivard - Manuel de la parole, traité de prononciation, 1901.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
33
GYMNASTIQUE VOCALE

sentiments, sa sensiblerie s’atténue. — Ces cyprès sont si loin qu’on ne sait si c’en sont. — L’assassin sur son sein suçait son sang sans cesse. — Si ces six cigares coûtent six sous, ces six cents cigares coûtent six cents sous. — Ses froids embrassements ont glacé ma tendresse. — Ne vous assurez point sur ce cœur inconstant. — La douceur de sa voix, son enfance, sa grâce... — Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ?

84. — d.Dans son dédain, il dédaigne de descendre à des devoirs pourtant dignes de lui. — Diverses dames vont dans leurs demeures en deuil soulager avec douleur de leurs dons des indigents. — Didon dîna, d'it-on, du dos d’un dodu dindon.

85. — t. — Les troupes triomphantes tiennent le tyran sous l’empire de la terreur. — Ta tristesse m’apitoie et t’attire ma sympathie. — Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ? dit cet animal plein de rage ; tu seras châtié de ta témérité. — Ton tt’a-t-il ôté ta toux ?

80. — n. — Les nénuphars viennent naturellement sur les bords du Niger. — Ni les nuages noirs, ni les neiges néfastes, ni l’annonce d’un naufrage, n’ont empêché les honnêtes nautoniers de partir cette nuit sur leur navire. - Non, il n’est rien que Nanine n’honore.

87. — l. La vacillante luciole, folle, lance dans l’air son aile légère. — Il allait, lourd, lent, laid, livide et languissant, vers le clocher de l’église lointaine. — Lièvres, gazelles, lynx, loups, éléphants, léopards, tout