Page:Rodenbach - Bruges-la-Morte, Flammarion.djvu/199

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XIII


Jane profita de l’alerte. Elle avait compris, ce jour-là, avec son flair d’aventurière, quel pouvoir elle avait pris sur cet homme, tout inoculé d’elle, malléable à son gré.

Avec quelques paroles elle l’avait rassuré tout à fait, reconquis, s’était retrouvée indemne à ses yeux, intronisée de nouveau. Alors elle avait supputé qu’à son âge, grevé de longs chagrins, malade comme il l’était, si changé déjà depuis ces derniers mois, Hugues ne vivrait pas