Page:Rodenbach - L’Élite, 1899.djvu/110

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




ALPHONSE DAUDET




On peut définir Alphonse Daudet, le poète du roman. Il eut, du poète, le don d’imagination et, du romancier, l’esprit d’observation. L’une et l’autre faculté, qu’on dirait contradictoires, s’unirent en lui merveilleusement. À l’origine, le poète prédomina un peu, puisque, dans l’aube rose de l’adolescence, il est naturel que l’imagination surtout fermente, flambe, fleurisse, — feu et fleurs ! Si cet état d’âme eût persisté, si Alphonse Daudet, au surplus, fût demeuré dans son Midi natal, il est possible que nous eussions compté un poète de plus, écrivant aussi en provençal, émule de Mistral et de Roumanille, fin paysagiste des sites nîmois et beaucairois, aux héros et aux amoureuses vêtus de soie et de claires étoffes. On peut l’imaginer vivant là, rien que poète, jonglant avec des olives, les doigts se levant inégalement sur les trous d’un galoubet pour y faire des alternatives d’ombre et de soleil.

Mais tout jeune il émigra à Paris et devint du