Page:Rodenbach - L’Élite, 1899.djvu/78

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


répugnait à Gervaise par son style encombré. » Dans leurs récentes œuvres, les Rosny ont simplifié leur style, naguère si luxuriant. En tout cas, personne ne possède comme eux une telle abondance avec une telle subtilité ; et ce n’est pas un des moindres charmes dans une œuvre toute en synthèses, en idées générales, en mouvements de foule, de trouver ces notations de demi-teintes, ces nuances d’âme, ces clairs-obscurs d’idées, ces sourdines de mots…

Ainsi la langue des Rosny est conforme à notre temps, nerveuse et complexe comme lui, vibrante du frisson des hommes et de l’électricité des choses, pleine de trouvailles incessantes, d’une couleur de chimie et d’orage, et bien celle qu’il fallait en cette fin d’un siècle où fonctionnent les cornues laborieuses, où les réverbères des villes s’aigrissent, où brûlent tous les yeux, où se hissent les premiers incendies sociaux en forme de drapeaux rouges dans le vent…

Donc par une conception scientifique de la vie introduite dans le roman, par la création d’une sorte de merveilleux de la science, par l’établissement d’une morale de l’espèce, par un double aspect qui regarde à la fois le rêve et l’action,