Page:Rodenbach - La Jeunesse blanche, 1913.djvu/179

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
176
VERS D’AMOUR



X



Te rappelles-tu la rivière noire
Qui le long d’un quai pleurait en dormant
Comme on ne sait quoi de tragiquement
Immobile et froid sous des plis de moire.

La rivière noire, ainsi qu’un remords
Dans un vieux quartier au bout d’une rue
Nous était un soir soudain apparue,
Et cette eau semblait recouvrir des morts.

Les astres mirés dans cette eau livide,
On eût dit, de loin, les yeux mal fermés
D’amants qui sont morts d’être trop aimés
Et qui dans la nuit regardaient le vide.

Le vent par instant soulevait un pli
Parmi la raideur du flottant suaire
Qui se rajustait sur l’eau mortuaire
Pleine de silence et d’oubli !