Page:Rodenbach - La Jeunesse blanche, 1913.djvu/193

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
190
LÉGENDE

Pour occuper ses doigts dans l’attente du ciel,
Et de ces brins de paille, il ceint son front profane
Et s’en nimbe, par jeu, comme d’un or réel,
Auréole d’un or fragile, qui se fane !


1895