Page:Rodenbach - La Jeunesse blanche, 1913.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DÉPART


 
La gare du village avait des airs funèbres
Tassant son grand bloc d’ombre au milieu des ténèbres,

Au moment des adieux pleurait le vent du nord,
Et la gare, on eût dit une maison de mort.

Quelques rouges fanaux trouaient le crépuscule
Et tous ces fanaux semblaient remplis de sang qui brûle.

Et tout là-bas, parmi les lointains solennels,
Les rails disparaissaient dans l’ombre des tunnels.