Page:Roger de Beauvoir - Le Chevalier de Saint-Georges, v3, 1840.djvu/229

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
221
LE FOUET.


monde l’entoura, ce dernier trait ayant paru la fusée la plus éblouissante de la fête.

— Jouer cet air avec votre fouet, monsieur ! s’écriait la belle comtesse de Châlons.

— Monsieur de Saint-Georges, s’écria Maurice avec une indicible expression de mépris, en s’approchant pâle et tremblant du chevalier, vous devez être fort sur le fouet, car ma mère, m’a dit qu’à Saint-Domingue elle vous avait donné du sien par le visage !...

...

Saint-Georges demeura muet un instant comme un homme frappé du tonnerre, puis il s’élança avec la fureur du lion vers le jeune homme... La foule qui les entourait les sépara.



FIN DU TROISIÈME VOLUME.