Page:Roger de Beauvoir - Le Chevalier de Saint-Georges V1, 1840.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
vi
NOTICE.

renaissance et du dix-huitième siècle, dans ce qu’ils ont de plus recherché et de plus séduisant. Des tableaux de prix composent sa collection, où se lisent non-seulement les noms des peintres actuels, mais encore ceux des anciennes écoles. M. Roger de Beauvoir passe généralement pour un des lions de la littérature. Il a trop d’esprit pour accepter ce titre dans toute son étendue ; aussi n’y prête-t-il que juste assez pour être fort élégant, sans arriver au ridicule.

Voici la liste des principales feuilles où M. Roger de Beauvoir a disséminé des articles pleins de fantaisie et de verve :

La Revue de Paris, — la Mode, — l’Europe littéraire, — le Siècle, — l’Europe monarchique, — le Monde, — la Revue du XIXe siècle, — France et Europe, — le Journal des jeunes personnes, — le Messager, — l’Artiste, — la France littéraire, — le Figaro, — la Caricature, — le Vert-Vert, etc., etc.

Parmi les recueils périodiques où il a écrit, il faut compter de plus :

Le Salmigondis, — l’Italie pittoresque, — les Français peints par eux-mêmes, — le Diamant à dix facettes, etc., etc.