Page:Roland Manon - Lettres (1780-1793).djvu/659

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Vous lui avez promis quelque chose pour les noirs, et il vous invite à vous occuper des rouges sur coton : objet important pour nos fabriques.

M. Lanthenas, qui a passé l’automne avec nous, et qui est sur le point de nous quitter pour s’acheminer vers Paris où il va passer l’hiver, vous dit mille choses empressées. M. de Laplatière vient de faire à Lyon une résidence de six semaines ; j’y ai été lui faire une visite de quinze jours et assister à la séance publique de l’Académie, qui n’a été intéressante que pour la partie des belles-lettres.

Dans cette ville, comme à Paris, le Martinisme succède au Mesmérisme, échauffe les têtes et produit les [plus] singuliers effets[1]. Il y aurait bien à causer, mais il faut savoir où vous prendre et ce que vous faites. Donnez-nous de vos nouvelles ; nous les attendons impatiemment. Recevez les assurances de l’inviolable attachement que nous vous avons voué et avec lequel je serai, toute ma vie, votre humble servante.


Ph. de Laplatière.

Post-scriptum de Roland :

Il est question, mon ami, principalement de votre teinture en noir, sans substance cuivreuse. C’est par les papiers publics que nous avons appris vos succès académiques ; ferez-vous imprimer ce mémoire ? Dans ce cas, il appartiendra à tout le monde, et j’y prendrai à pleines mains pour mon œuvre encyclopédique : si au contraire, j’espère que vous m’en ferez part pour le même usage. Parlez-moi un peu des bêtes fauves de la Suisse, de leurs noms, vies, mœurs, chasses, préparations, usages, lieux de consommation, etc. Car cette partie entre dans mon lot, et je pourrais bien commencer par elle : d’où j’ai grand besoin de vos instructions sur la tannerie, corroierie, mégisserie, etc.

  1. Déjà, le 4 octobre 1785, Roland écrivait à Bosc (inédit, coll. Morrison) : « Les inspirés, Martiniste ou Martiniens, qu’en dit-on ? La secte se répand-elle ? Embrasse-t-elle un certain ordre de personnes ? Quels sont ses dogmes ? Qu’est-ce que signifie et quelle sensation fait cette dernière folie ? »