Page:Roland Manon - Lettres (1780-1793).djvu/796

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


au lieu d’une commission d’élève[1], à un trop malheureux père, etc… J’avais envoyé une lettre[2] le matin, adressée à Rouen, et je l’avais faite de la plus grande force. J’oubliais d’ajouter que Platon, nous écrivant une seconde fois, en même temps qu’à son fils, nous suppliait de le garder encore s’il revenait à lui ; il le regarde comme perdu s’il nous quitte, et nous conjure avec instances d’achever notre ouvrage s’il est possible. Le jeune homme arriva le soir, après avoir passé par Villefranche, pour y prendre une redingote qu’il y avait laissée. Je l’accueillis froidement, et lui dis en recevant ta lettre que j’en avais de son père à lui remettre. Il causa de ses courses, des amitiés que lui avaient faites M. et Mme Chevdr [Chevandier], chez lesquels il a, m’a-t-il dit, soupé avant-hier et mangé souvent, etc. Enfin, au moment de souper, il me demanda ses lettres ; je lui répondis que je lui donnerais ce qu’il devait recevoir lorsqu’il se retirerait pour coucher. En effet, je lui remis alors la première lettre seulement, en lui observant que j’avais choisi cet instant afin qu’il eût tout le loisir de la méditer. Ce matin, à plus de neuf heures, il entra dans mon appartement, d’un air triste et concentré, voulant parler, ne sachant commencer ; si bien qu’ennuyée de sa figure, je lui demandai ce qu’il voulait, ce qu’il pensait, ce qu’il avait à dire. Il me pria d’oublier ce qui s’était passé, ajoutant qu’il resterait, puisque son père ne lui laissait que cette alternative avec un embarquement, la chose du monde qu’il avait le plus redoutée. Je lui dis que c’était donc un pis aller ; qu’en ce cas, il n’y avait pas grand’chose à espérer pour lui, ni pour nous ; que, sans doute, son goût pour le commerce ne lui était pas si vite passé. Il répliqua qu’il était vrai, mais qu’on ne lui en laissait pas le choix. Je le fis jaser sur les motifs de son éloignement pour la mer ; il résulte qu’il la craint à cause de ses dangers : ainsi la mer lui fait peur et le bureau l’ennuie ; mais comme il vaut encore mieux s’ennuyer que mourir, il préfère de rester. Je l’ai poussé sur sa lâcheté qui se refuse à tous les expédients,

  1. D’élève-inspecteur des manufactures, commission qui aurait comporté des appointements.
  2. À Cousin Despréaux, qui devait se trouver alors à Rouen. — Voir lettre suivante.