Page:Roland Manon - Lettres (1780-1793).djvu/802

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



284

À MONSIEUR ROLAND DE LAPLATIÈRE,
inspecteur des manufactures et du commerce de la généralité, quai monsieur, maison de M. de chamburcy, à lyon[1].
Le 18 [novembre] 1787, au soir, — [du Clos].

Je t’ai fait, mon ami, une assez longue lettre ce matin ; mais j’ai dessein de te réserver cette causerie pour accompagner le paquet de linge qu’on te portera jeudi[2].

Cependant, comme on va demain à la ville, je ne veux pas laisser échapper une occasion de t’envoyer un memento.

Il serait possible que tu ne le reçusses pas plus tôt que mon épître, car je ne crois pas qu’il y ait [de courrier][3] avant mercredi ; quoi qu’il en soit, je ne [veux pas] que tu attendes rien en vain : reçois donc ce petit billet et mes tendres embrassements.

J’écris à Dieppe, c’est-à-dire à Rouen, car Platon devant s’y trouver le 19, il y restera bien cinq à six jours.

J’ajoute à ce que je te mande d’autre part avoir déjà exprimé, que le jeune homme doit avoir une adolescence fougueuse, parce qu’il parait de force à avoir des passions robustes et qu’il n’a rien dans l’âme pour les modifier, les adoucir, les faire tourner au profit du sentiment ; qu’il faut donc que ces années de crises sa passent dans une si-

  1. Ms. 6239, fol. 213-214. — La lettre porte le timbre de la poste de Villefranche.

    Nous reproduisons in extenso la suscription, qui donne la nouvelle adresse de Roland à Lyon.

  2. Comme on le voit, la lettre précédente a été écrite le 18 au matin, mais pour n’être expédiée que le jeudi 22, avec le paquet de linge ; c’est pourquoi elle a un post-scriptum du 20. — Celle-ci est écrite le 18 au soir et expédiée par la poste.
  3. Déchirure du papier. Nous suppléons le mot. Nous indiquons plus loin, par des crochets [], les autres déchirures, en suppléant quand nous le pouvons.

    Il n’y avait en effet d’arrivée à Lyon, pour les lettres venant par la route de Bourgogne, que les lundi, jeudi et samedi (Alm. de Lyon).