Page:Rollinat - Les Bêtes, 1911.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


à LE JUGEMENT DES BÊTES Par l’oeil où quelquefois transpire Un peu du sphinx de leur esprit, Parle presque humain de leur cri, Les animaux semblent nous dire : Vous ne savez que nos dehors. Mais rien du dedans de nous-mêmes. Pour vous nous sommes des problèmes Comme les objets et les morts. 1