Page:Rosier - Histoire de la Suisse, 1904.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
45
TRADITIONS NATIONALES

à la maison d’Autriche. Gessler fit construire dans le pays d’Uri une forteresse à laquelle il donna le nom de Zwing-Uri (Dompte-Uri).

À Altzellen, dans l’Unterwald, vivait un homme brave et courageux, du nom de Conrad Baumgarten. Un jour, le sous-bailli Wolfenschiess, passant par ce village, vit la femme de Conrad et lui ordonna de lui préparer un bain. Celle-ci obéit, puis saisissant un prétexte, alla chercher son mari qui était occupé à couper du bois dans la forêt voisine. Conrad arriva aussitôt et tua le tyran dans son bain.

Un honnête paysan du Melchthal (Unterwald), nommé Henri an der Halden, s’était attiré la haine du bailli Landenberg, parce qu’il encourageait ses compatriotes à ne rien sacrifier des libertés que leur avaient léguées leurs pères. Pour une légère faute commise par Arnold, fils de Henri, Landenberg fit saisir une belle paire de bœufs que possédait celui-ci. Le valet du bailli vint détacher les bœufs de la charrue, en s’écriant : « Si les paysans veulent manger du pain, qu’ils tirent eux-mêmes la charrue. » Hors de lui, Arnold frappa le valet de son bâton noueux et lui cassa deux doigts, puis franchissant les montagnes, il se réfugia dans le pays d’Uri. Le père d’Arnold fut arrêté par ordre de Landenberg et comme il ne pouvait ou ne voulait pas révéler la retraite de son fils, le bailli confisqua ses biens et lui fit crever les yeux.

Vers le même temps, Gessler traversant le village de Steinen, dans le pays de Schwytz, vit une belle maison neuve qui appartenait à Werner Stauffacher, paysan très estimé dans la contrée. Celui-ci était assis devant sa demeure ; Gessler lui demanda à qui était cette jolie maison. « Elle appartient à monseigneur le roi, répondit modestement Stauffacher, c’est votre fief et le mien. » — « Je représente ici le roi, répliqua Gessler d’un ton menaçant, et je ne veux pas que les paysans bâtissent, sans ma permission, de si belles maisons et vivent comme s’ils étaient des seigneurs. » Les paroles du bailli remplirent Stauffacher d’inquiétude. Il les rapporta à sa femme, qui fut indignée de ce langage. « Jusqu’à quand, dit-elle à son mari, faudra-t-il supporter de telles insultes ? Va trouver les hommes d’Uri et d’Unterwald sur lesquels tu peux compter ; concerte-toi avec eux et cherchez ensemble les moyens de secouer le joug de la tyrannie. »

Le Grutli.
Fig. 75. — Le Grutli.
(On peut y accéder de Brunnen en bateau. La gravure permet de distinguer le petit port où l’on débarque et plus haut la maison du gardien.)