Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rurent délicieux. L’extrême petitesse du réduit concentrait le charme.

Quand il voulut regarder Marie, une nouvelle sorte de crainte le « décima » : ce fut la timidité rouge après la timidité blanche :

— Ah ! dit-il, vous avez l’ennui…

Il rattrapa une phrase qu’il avait lue la veille : il la récita :

— Si l’homme n’avait pas la souffrance, l’ennui le tuerait.

— Comme c’est vrai, s’écria Marie avec admiration.

Elle ouvrait ces yeux « à perspective » qui, chez telles femmes et tels enfants, ont l’air de s’accroître dans l’étonnement, la joie, le chagrin ou la tendresse. Ils furent très grands, magnifiquement améthyste. Ce spectacle saisit Georges ; il évoquait l’im-