Page:Rostand - Cyrano de Bergerac.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Scène I

RAGUENEAU, LA DUEGNE, puis ROXANE, CYRANO et DEUX PAGES



Ragueneau.

… Et puis, elle est partie avec un mousquetaire !
Seul, ruiné, je me pends. J’avais quitté la terre.
Monsieur de Bergerac entre, et, me dépendant,
Me vient à sa cousine offrir comme intendant.


La duegne.

Mais comment expliquer cette ruine où vous êtes ?


Ragueneau.

Lise aimait les guerriers, et j’aimais les poètes !
Mars mangeait les gâteaux que laissait Apollon
— Alors, vous comprenez, cela ne fut pas long !


La duegne, se levant et appelant vers la fenêtre ouverte.

Roxane, êtes-vous prête ?… On nous attend !


La voix de roxane, par la fenêtre.

Roxane, êtes-vous prête ?… On nous attend !Je passe
Une mante !


La duegne, à Ragueneau, lui montrant la porte d’en face.

Une mante !C’est là qu’on nous attend, en face.
Chez Clomire. Elle tient bureau, dans son réduit.
On y lit un discours sur le Tendre, aujourd’hui.


Ragueneau.

Sur le Tendre ?


La duegne, minaudant.

Sur le Tendre ?Mais oui !…

(Criant vers la fenêtre.)

Sur le Tendre ?Mais oui !…Roxane, il faut descendre,
Ou nous allons manquer le discours sur le Tendre !


La voix de roxane.

Je viens !

(On entend un bruit d’instruments à cordes qui se rapproche.)


La voix de cyrano, chantant dans la coulisse.

Je viens !La ! la ! la ! la !