Page:Rostand - Cyrano de Bergerac.djvu/22

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
22
CYRANO DE BERGERAC.

Une voix, au milieu du parterre.

Coquin, ne t’ai-je pas interdit pour un mois ?

(Stupeur. Tout le monde se retourne. Murmures.)


Voix diverses.

Hein ? — Quoi ? — Qu’est-ce ?…

(On se lève dans les loges, pour voir.)


Cuigy.

Hein ? — Quoi ? — Qu’est-ce ?…C’est lui !


Le Bret, terrifié.

Hein ? — Quoi ? — Qu’est-ce ?…C’est lui ! Cyrano !


La voix.

Hein ? — Quoi ? — Qu’est-ce ?…C’est lui ! Cyrano ! Roi des pitres,
Hors de scène à l’instant !


Toute la salle, indignée.

Hors de scène à l’instant ! Oh !


Montfleury.

Hors de scène à l’instant ! Oh ! Mais…


La voix.

Hors de scène à l’instant ! Oh ! Mais…Tu récalcitres ?


Voix diverses, du parterre, des loges.

Chut ! — Assez ! — Montfleury, jouez ! — Ne craignez rien !…


Montfleury, d’une voix mal assurée.

« Heureux qui loin des cours dans un lieu sol… »


La voix, plus menaçante.

« Heureux qui loin des cours dans un lieu sol… » Eh bien ?
Faudra-t-il que je fasse, ô Monarque des drôles,
Une plantation de bois sur vos épaules ?

(Une canne au bout d’un bras jaillit au-dessus des têtes.)


Montfleury, d’une voix de plus en plus faible.

« Heureux qui… »

(La canne s’agite.)