Page:Rostand - Cyrano de Bergerac.djvu/24

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
24
CYRANO DE BERGERAC.

Tous les marquis, debout.

C’en est trop !… Montfleury…


Cyrano.

C’en est trop !… Montfleury…Que Montfleury s’en aille,
Ou bien je l’essorille et le désentripaille !


Une voix.

Mais…


Cyrano.

Mais…Qu’il sorte !


Une autre voix.

Mais…Qu’il sorte ! Pourtant…


Cyrano.

Mais…Qu’il sorte ! Pourtant…Ce n’est pas encor fait ?

(Avec le geste de retrousser ses manches.)

Bon ! je vais sur la scène, en guise de buffet,
Découper cette mortadelle d’Italie !


Montfleury, rassemblant toute sa dignité.

En m’insultant, Monsieur, vous insultez Thalie !


Cyrano, très poli.

Si cette Muse, à qui, Monsieur, vous n’êtes rien,
Avait l’honneur de vous connaître, croyez bien
Qu’en vous voyant si gros et bête comme une urne,
Elle vous flanquerait quelque part son cothurne.


Le parterre.

Montfleury ! — Montfleury ! — La pièce de Baro ! —


Cyrano, à ceux qui crient autour de lui.

Je vous en prie, ayez pitié de mon fourreau :
Si vous continuez, il va rendre sa lame !

(Le cercle s’élargit.)


La foule, reculant.

Hé ! là !…