Page:Rostand - Cyrano de Bergerac.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Roxane.

Oh ! je vous aime bien. Il faut que je m’en aille.

(Elle remet vivement son masque, une dentelle sur son front, et distraitement.)

Mais vous ne m’avez pas raconté la bataille
De cette nuit. Vraiment ce dut être inouï !…
— Dites-lui qu’il m’écrive.

(Elle lui envoie un petit baiser de la main.)

— Dites-lui qu’il m’écrive.Oh ! je vous aime !


Cyrano.

— Dites-lui qu’il m’écrive.Oh ! je vous aime !Oui, oui.


Roxane.

Cent hommes contre vous ? Allons, adieu. — Nous sommes
De grands amis !


Cyrano.

De grands amis !Oui, oui.


Roxane.

De grands amis !Oui, oui.Qu’il m’écrive ! — Cent hommes ! —
Vous me direz plus tard. Maintenant, je ne puis.
Cent hommes ! Quel courage !


Cyrano, la saluant.

Cent hommes ! Quel courage !Oh ! j’ai fait mieux depuis.

(Elle sort. Cyrano reste immobile, les yeux à terre. Un silence. La porte de droite s’ouvre. Ragueneau passe la tête.)

Scène VII

Cyrano, Ragueneau, les poètes, Carbon de Castel-Jaloux, les cadets, la foule, etc., puis De Guiche.



Ragueneau.

Peut-on rentrer ?


Cyrano, sans bouger.

Peut-on rentrer ?Oui…

(Ragueneau fait signe et ses amis rentrent. En même temps, à la porte du fond paraît Carbon de Castel-Jaloux, costume de capitaine aux gardes, qui fait de grands gestes en apercevant Cyrano.)