Page:Rouquette - L'Antoniade, 1860.djvu/282

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



COMPLAINTE DU CHACTAS.

----

 
Si j’avais les grandes ailes
De la blanche watounla
Aux six tribus fraternelles
Jetant mon plaintif oula,
De notre immense royaume,
Oui, m’envolant jusqu’à Rome,
Aux portes du Vatican,
Dans un héroïque élan,
Je crîrais : « Chef Robe-Noire,
Pio Nono, peux-tu croire.
Ô Père des Indiens,
Comme de tous les chrétiens ;
Ô toi, dont l’amour embrasse
Chaque peuple et chaque race :
  Près du Kansas,
  De l’Arkansas,
  Et du Texas,
Il existe un Territoire,
Assez grand, Chef Robe-Noire,
Pour nourrir les Cherokis,
Les Chactas et les Shaunis,
Les Chikassas agricoles,
Les Criks et les Séminoles ;
Mais ces nombreuses tribus,
Hélas ! n’aperçoivent plus
Des fervents Évangélistes
Les infatigables pistes !
Dans la profondeur des bois,
Ne retentit plus la voix
Des Garniers et des Jogues ;
Et les rapides pirogues,
Qui les portaient jusqu’à nous,
Ont déserté nos bayous !
Ah ! pour les Pâles-Visages
Abandonnant les Sauvages,
Non, les apôtres nouveaux
Ne sont plus vêtus de peaux :
Les nomades habitudes
Des lointaines solitudes
Épouvantent les abbés
De nos modernes cités !…
Envoie, ô Chef Robe-Noire.
À ce vaste Territoire,