Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t1.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


airs ridicules pris parmi des femmes perdues, que l’admiration de je ne sois quelles prétendues grandeurs, frivoles dédommagemens de la servitude, qui ne vaudront jamais l’auguste liberté. Soyez donc toujours ce que vous êtes, les chastes gardiennes des mœurs & les doux liens de la paix, & continuez de faire valoir, en toute occasion, les droits du cœur & de la nature au profit du devoir & de la vertu.

Je me flatte de n’être point démenti par l’événement, en fondant sur de tels garans l’espoir du bonheur commun des Citoyens & de la gloire de la République. J’avoue qu’avec tous ces avantages, elle ne brillera pas de cet éclat dont la plupart des yeux sont éblouis, & dont le puéril & funeste goût est le plus mortel ennemi du bonheur & de la liberté. Qu’une jeunesse dissolue aille chercher ailleurs des plaisirs faciles & de