Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t1.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


PREFACE.

La plus utile & la moins avancée de toutes les connoissances humaines me paroît être celle de l’homme (note 2) ; & j’ose dire que la seule inscription du Temple de Delphes contenoit un Précepte plus important & plus difficile que tous les gros Livres des Moralistes. Aussi, je regarde le sujet de ce Discours comme une des questions les plus intéressantes que la Philosophie puisse proposer, & malheureusement pour nous, comme une des plus épineuses que les Philosophes puissent résoudre : car comment connoître la source de l’inégalité parmi les hommes, si l’on ne commence par les connoître eux-mêmes ? Et comment l’homme viendra-t-il à bout de se voir tel que l’a formé la nature, à travers tous les changemens que la succession des tems & des choses a dû produire dans sa constitution originelle, & de démêler ce qu’il tient de son propre fonds d’avec ce que les circonstances & ses progrès ont ajouté ou changé à son état primitif ? Semblable à la statue de Glaucus, que le tems, la mer & les orages avoient tellement défigurée, qu’elle ressembloit moins à un Dieu qu’à une bête féroce, l’âme humaine altérée au