Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t1.djvu/491

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Diete, du Sénat & de tous les Corps, un sévere examen de la conduite de tous les gens en place, un grand soin de maintenir la justice & l’intégrité dans tous les tribunaux, de conserver l’ordre & la tranquillité dans l’Etat, de lui donner une bonne assiette au-dehors, le commandement des armées en tems de guerre, les établissemens utiles en tems de paix, sont des devoirs qui tiennent particulierement à son office de Roi, & qui l’occuperont assez s’il veut les remplir par lui-même ; car les détails de l’administration étant confiés à des Ministres établis pour cela, ce doit être un crime à un Roi de Pologne de confier aucune partie de la sienne à des favoris. Qu’il fasse son métier en personne ou qu’il y renonce. Article important sur lequel la nation ne doit jamais se relâcher.

C’est sur de semblables principes qu’il faut établir l’équilibre & la pondération des pouvoirs qui composent la législation & l’administration. Ces pouvoirs, dans les mains de leurs dépositaires & dans la meilleure proportion possible devroient être en raison directe de leur nombre & inverse du tems qu’ils restent en place. Les parties composantes de la Diete suivront d’assez prés ce meilleur rapport. La chambre des Nonces, la plus nombreuse sera aussi la plus puissante, mais tous ses membres changeront fréquemment. Le Sénat moins nombreux aura une moindre part à la législation, mais une plus grande à la puissance exécutive, & ses membres participant à la constitution des deux extrêmes seront partie à tems & partie à vie comme il convient à un Corps intermédiaire. Le Roi qui préside à tout continuera d’être à vie, & son pouvoir toujours très-grand pour l’inspection sera borné par la