Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t13.djvu/539

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


premieres atteintes du froid lavent son verd foncé d’un beau pourpre & sur-tout la couronne des graines, car elle ne fleurit que dans l’arriere-saison, ce qui fait aussi que les graines on peine à mûrir & qu’il est difficile d’en recueillir. J’ai cependant trouvé le moyen d’en ramasser quelques-unes que vous trouverez, Madame la duchesse, avec les autres. Vous aurez la bons de les recommander à votre jardinier ; car encore un coup la plante est belle, & si peu commune, qu’elle n’a pis même encore un nom parmi les botanistes. Malheureusement le Specimen que j’ai l’honneur de vous envoyer est mesquin & en fort mauvais état ; mais les graines y suppléeront.

Je vous suis extrêmement obligé, Madame, de la bons que vous avez eue de me donner des nouvelles de mon excellent voisin M. Granville, & des témoignages du souvenir de ton aimable niece Miss Dewes. J’espere qu’elle se rappelle assez les traits de son vieux berger, pour convenir qu’il ne ressemble gueres à la figure de cyclope qu’il a plu à M. Hume de faire graver sous mon nom. Son graveur a peint mon visage comme sa plume a peint mon caractere. Il n’a pas vu que la seule chose que tout cela peint fidellement est lui-même.

Je vous supplie, Madame la duchesse, d’agréer avec bonté mon profond respect.