Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/371

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


article. Aussi peu instruit que moi, Monsieur, que n’êtes-vous aussi circonspect !

Il dit aux bourgeois de Geneve, page 136 qu’il a fait des miracles tout comme notre Seigneur.

Eh bien ! À votre assurance, qui ne croiroit que vous dites vrai ? Rien n’est cependant plus faux que votre citation. Voici que dit Jean-Jaques page 136.

“Tout ce qu’on peut dire de celui qui se vante de faire des miracles, c’est qu’il fait des choses fort extraordinaires : mais qui est-ce qui nie qu’il se faire des choses sort extraordinaires ? J’en ai vu, moi, de ces choses-là, & même j’en ai fait.”

Or comme notre Seigneur ne se vantoit point de faire des miracles ; qu’il en refusoit même à ceux qui ne vouloient croire en lui qu’à ce prix, ce n’est ni de notre Seigneur, ni d’ouvres pareilles aux siennes que Jean-Jaques a prétendu parler dans ce passage.

Les lettres de la Montagne sont d’ailleurs d’un mortel ennui, pour quiconque n’est pas au fait des discussions de Geneve.

Je le savois bien que vous n’étiez pas Magistrat : mais si quelqu’un pouvoir vous le croire, cette mal-adroite assertion suffiroit pour le détromper : car il n’y a pas un Magistrat pour qui la seconde partie de ces lettres ne soit intéressante, & la premiere l’est pour tout le monde.

Elles sont assez mal écrites.

Pour cette fois, Monsieur, ce ne sera pas moi’qui aurai l’honneur de vous répondre : ce sera un homme avec qui vous faites cause commune ; & je me rabats d’autant plus volontiers