Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t17.djvu/292

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LETTRE AU MÊME.

Je suis fâché, Monsieur, que le temps ni ma santé ne me permettent pas d’aller vous rendre mes devoirs, & vous faire mes remercîmens aussitôt que je le désirerois. Mais en ce moment, extrêmement incommodé, je ne serai de quelques jours en état de faire, ni même de recevoir des visites. Soyez persuadé, Monsieur, je vous prie, que sitôt que mes pieds pourront me porter jusqu’à vous, ma volonté m’y conduira. Je vous fais, Monsieur, mes très - humbles salutations.

LETTRE AU MÊME.

Je suis très-sensible à vos honnêtetés, Monsieur, & à vos cadeaux, je le serois encore plus s’ils revenoient moins souvent. J’irai le plutôt que le temps me le permettra vous réitérer mes remercîmens & mes reproches. Si je pouvais m’entretenir avec votre domestique, je lui demanderois des nouvelles de votre santé ; mais j’ai lieu de présumer qu’elle continue d’être meilleure ; ainsi soit-il.