Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t2.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


R. Monsieur........

N. Quant à l’intértêt, il est pour tout le monde, il est nul. Pas une mauvaise action ; pas un méchant homme qui fasse craindre pour les bons. Des événemens si naturels, si simples qu’ils le sont trop ; rien d’inopiné ; point de coup de Théâtre. Tout est prévu long-tems d’avance ; tout arrive comme il est prévu. Est-ce la peine de tenir registre de ce que chacun peut voir tous les jours dans sa maison, ou dans celle de son voisin ?

R. C’est-à-dire, qu’il vous faut des hommes communs, & des événemens rares ? Je crois que j’aimerois mieux le contraire. D’aillers, vous jugez ce que vous avez lu comme un Roman. Ce n’en est point un ; vous l’avez dit vous-même. C’est un Recueil de Lettres.......

N. Qui ne sont point des Lettres ; je crois l’avoir dit aussi. Quel style épistolaire ! Qu’il est guindé ! Que d’exclamations ! Que d’apprêts ! Quelle emphase pour ne dire que des choses communes ! Quels grands mots pour de petits raisonnemens ! Rarement du sens, de la justesse ; jamais ni finesse,