Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t6.djvu/615

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


n’y a que Dieu & le Conseil de Geneve à qui je doive compte de mes maximes.

Qui priveroit M. Rousseau d’un tems précieux pour lui & pour le public.

Mon tems est inutile au public, & n’est plus d’un grand prix pour moi-même. Mais j’en ai besoin pour gagner mon pain ; c’est pour cela que je cherche la solitude.


À Montmorency, le 15 Octobre 1758.