Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t7.djvu/333

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


la foi promise ni du ferment prêté ; & comme il arrive dans les séditions, tout fut bientôt du côté, du plus grand nombre. La même nuit, Vitellius étant à table à Cologne, l’Enseigne de la quatrieme Légion le vint avertir que les deux Légions, après avoir renversé les images de Galba, avoient juré fidélité au Sénat & au Peuple Romain ; ferment qui fut trouvé ridicule. Vitellius, voyant l’occasion favorable & résolu de s’offrir pour chef, envoya des Députés annoncer aux Légions que l’armée supérieure s’étoit révoltée contre Galba, qu’il faloit se préparer à faire la guerre aux rebelles, ou, si l’on aimoit mieux la paix, à reconnoître un autre Empereur, & qu’ils couroient moins de risque à l’élire qu’à l’attendre.

Les quartiers de la premiere Légion étoient les plus voisins. Fabius Valens Lieutenant-général fut le plus diligent, & vint le lendemain à la tête de la Cavalerie, de la Légion & des Auxiliaires saluer Vitellius Empereur. Aussi-tôt ce fut parmi les Légions de la province à qui préviendroit les autres ; & l’armée supérieure laissant ces mots spécieux de Sénat & de Peuple Romain, reconnut aussi Vitellius le trois de Janvier, après s’être jouée durant deux jours du nom de la République. Ceux de Treves, de Langres & de Cologne, non moins ardens que les gens de guerre, offroient à l’envi selon leurs moyens, troupes, chevaux, armes, argent, Ce zele ne se bornoit pas aux chefs des Colonies & des quartiers, animés par le concours présent, & par les avantages que leur promettoit la victoire ; mais les manipules & même les simples soldats transportés par instinct,