Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Ce n'est rien ; seulement à vos tendres amours

Il faudra dire adieu.


DORANTE.

Quelle sotte nouvelle

Viens-tu ?…


CARLIN.

Point de courroux. Je sais bien qu'Isabelle

Dans le fond de son coeur vous aime uniquement ; 490 Mais, pour nourrir toujours un si doux sentiment,

Voyez comme de vous elle parle à Valère.


DORANTE.

L'écriture, en effet, est de son caractère.

Il lit la lettre.

Que vois-je ? malheureux ! d'où te vient ce billet ?


CARLIN.

Allez-vous soupçonner que c'est moi qui l'ai fait ?


DORANTE.

495 D'où te vient-il ? te dis-je.


CARLIN.

À la chère suivante

Je l'ai surpris tantôt par ordre d'Éliante.


DORANTE.

D'Éliante ! Comment ?


CARLIN.

Elle avait découvert