Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/166

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



L’AMOUR.
C’est la vengeance de l’Amour.


Les Muses.


Fuyons un tyran perfide,
Craignons à notre tour.


La Gloire.


Pourquoi cet effroi timide ?
Apollon régnoit parmi vous,
Souffrez que l’Amour y préside
Sous des auspices plus doux.
L’AMOUR.
Ah ! qu’il est doux, qu’il est charmant de plaire !
C’est l’art le plus nécessaire.
Ah ! qu’il est doux, qu’il est flatteur
De savoir parler au cœur. Les Muses, persuadées par
l’Amour, répètent ces quatre vers.
L’AMOUR.
Accourez jeux & ris, doux séducteurs des belles ;
Vous par qui tout cede à l’Amour,
Confirmez mon triomphe, & parez ce séjour
De mirthes & de fleurs nouvelles ;
Graces plus brillantes qu’elles,
Venez embellir ma Cour.