Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/306

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


& en un mot, de faire pour sa perfection ce que Gui d’Arezze à fait pour la gâter : car, en vérité, c’est le mot & je le dis malgré moi.

J’ai voulu chercher les raisons dont cet Auteur dut se servir pour faire abolir l’ancien système en faveur du sien, & je n’en ai jamais pu trouver d’autres que les deux suivantes, 1. Les notes sont plus apparentes que les chiffres, 2. Et leur position exprime mieux à la vue la hauteur & la abaissement des sons. Voilà donc les seuls principes sur lesquels notre Aretin bâtit un nouveau système de Musique, anéantit toute celle qui etoit en usage depuis deux mille ans, & apprit aux hommes à chanter difficilement.

Pour trouver si Gui raisonnoit juste, même en admettant la vérité de ses deux propositions, la question se réduiroit à savoir si les yeux doivent être ménages aux dépens de l’esprit, & si la perfection d’une méthode consiste à en rendre les signes plus sensibles en les rendant plus embarrassans : car c’est précisément le cas de la sienne.

Mais nous sommes dispenses d’entrer là-dessus en discussion, puisque ces deux propositions étant également fausses & ridicules, elles n’ont jamais pu servir de fondement qu’à un très-mauvais système.

En premier lieu ; on voit d’abord que les notes de la Musique remplissant beaucoup plus de place que les chiffres aux-quels on les substitue, on peut, en faisant ces chiffres beaucoup plus gros, les rendre du moins aussi visibles que les notes, sans occuper plus de volume. On voit, de plus Musique notée ayant des points, des quarts-de-soupirs, des