Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/587

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


servi contre le système de M. Rameau, & je l’aurois cru renverse.

Mais donnons, s’il se peut, de la précision a ses idées ; nous pourrons mieux en sentir la justesse ou la fausseté.

Pour concevoir son principe, il faut entendre que le corps sonore est représente par la Basse & son accompagnement, de façon que la Basse-fondamentale représente le son générateur, & l’accompagnement ses productions harmoniques. Or, comme les sons harmoniques sont produits par la Basse-fondamentale, la Basse-fondamentale, a son tour, est produite par le concours des sons harmoniques : ceci n’est pas un principe de système, c’est un fait d’expérience, connu dans l’Italie depuis long-tems.

Il ne s’agit donc plus que de voir quelles conditions sont requises dans l’accompagnement, pour représenter exactement les productions harmoniques du corps sonore, & fournir par leur concours, la Basse-fondamentale qui leur convient.

Il est évident que la premiere & la plus essentielle de ces conditions est de produire, a chaque accord, un son fondamental unique ; car, si vous produisez deux sans fondamentaux, vous représentez deux corps sonores au lieu d’un, & vous avez duplicité d’harmonie, comme il a déjà été observe par M. Serre.

Or, l’accord parfait, tierce-majeure, est le seul qui ne donne qu’un son fondamental ; tout autre accord le multiplie ceci n’a besoin de démonstration pour aucun Théoricien, je me contenterai d’un exemple i simple, que sans figure ni note, il puisse été entendu des Lectures les moins verses