Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


à ceux que vous inspirez. (Marton ramasse le portrait.) Mais, hélas ! quand tout mon cœur revient à vous, puis-je me flatter qu’il me ramènera le votre ?

Angelique.

Vous pourrez juger de ma reconnoissance par le sacrifice que vous venez de me faire. Levez-vous, VALERE, & considérez bien ces traits.

LEANDRE regardant aussi.

Attendez donc ! Mais je crois reconnoître cet objet....c’est.... oui, ma foi, c’est lui....

Valere.

Qui, lui ? Dites donc, elle. C’est une femme à qui je renonce, comme à toutes les femmes de l’univers, sur qui Angelique l’emportera toujours.

Angelique.

Oui, Valere ; c’etoit une femme jusqu’ici : mais j’espere que ce sera déformais un homme supérieur à ces petites foiblesses qui degradoient son sexe son caractere.

Valere.

Dans quelle étrange surprise vous me jettez !

Angelique.

Vous devriez d’autant moins moins méconnoître cet objet que vous avez eu avec lui le commerce le plus intime, & qu’assurément on ne vous accusera pas de l’avoir négligé. Otez à