Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/281

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


une maniere de jouer piu soave, plus douce, plus liée, & répondant à-peu-près au mot Louré des François.

Le Doux a trois nuances qu’il faut bien distinguer ; savoir, le Demi-peu, le Doux & le très-Doux. Quelque voisines que paroissent être ces trois nuances, un Orchestre entendu les rend très-sensibles & très-distinctes.

DOUZIEME, s. f : Intervalle composé de onze Degrés conjoints ; c’est-à-dire, de Douze Sons diatoniques en comptant les deux extrêmes : c’est l’Octave de la Quinte. (Voy. QUINTE.)

Toute corde sonore rend, avec le Son principal, celui de la Douzieme, plutôt que celui de la Quinte, parce que cette Douzieme est produite par une aliquote de la corde entiere qui est le tiers ; au lieu que les deux tiers, qui donneroient la Quinte, ne sont pas une aliquote de cette même corde.

DRAMATIQUE, adj. Cette épithete se donne à la Musique imitative, propre aux Pieces de Théâtre qui se chantent, comme les Opéra. On l’appelle aussi Musique Lyrique.(Voyez IMITATION.)

DUO, s, m. Ce nom se donne en général à toute Musique à deux Parties ; mais on en restreint aujourd’hui le sens à deux Parties récitantes, vocales ou instrumentales, à l’exclusion des simples Accompagnemens qui ne sont comptés pour rien. Ainsi l’on appelle Duo une Musique à deux Voix, quoiqu’il y ait une troisieme Partie pour la Basse-continue, & d’ autres pour la Symphonie. En un mot, pour constituer un Duo il faut deux Parties principales, entre lesquelles le Chant soit également distribué.