Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/475

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Notes de son Hexacorde les noms tirés de l’Hymne de Saint Jean-Baptiste, qu’elles conservent encore aujourd’hui. (Voyez Pl. G. Fig. 2.) Enfin cet homme ne pour la Musique inventa différens Instrumens appelles Polyplectra, tels que le Clavecin, l’Epinette, la Vielle, &c. (Voyez GAMME.)

Les caracteres de la Musique ont, selon l’opinion commune, reçu leur derniere augmentation considérable en 1330 ; tems où l’on dit que Jean de Muris, appelle mal-à-propos par quelques-uns Jean de Meurs ou de Muriâ, Docteur de Paris, quoique Gefner le fasse Anglois, inventa les différentes figures des Notes qui désignent la durée ou la quantité que nous appellons aujourd’hui Rondes, Blanches, Noires, &c. Mais ce sentiment, bien. que très-commun, me paroît peu fondé, à en juger par son Traité de Musique, intitulé : Spéculum Musicae,que j’ai eu le courage de lire presque entier, pour y constater l’invention que l’on attribue à cet Auteur. Au reste ce grand Musicien a eu, comme le Roi des Poetes, l’honneur d’être réclamé par divers Peuples ; car les Italiens le prétendent aussi de leur Nation, trompés apparemment par une fraude ou une erreur de Bontempi qui le dit Perugino au lieu de Parigino.

Lasus est, ou paroît être, comme il est dit ci-dessus, le premier qui ait écrit sur la Musique : mais son ouvrage est perdu, aussi-bien que plusieurs autres livres des Grecs & des Romains sur la même matiere. Aristoxène, disciple d’Aristote & chef de se le en Musique, est le plus ancien Auteur qui nous reste sur cette science. Après lui vient Euclide d’Alexandrie. Aristide Quintilien écrivoit après Cicéron. Alypius