Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/545

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


L’usage des Partitions est indispensable pour composer. Il faut aussi que celui qui conduit un Concert ait la Partition sous les yeux pour voir si chacun suit sa Partie, & remettre ceux qui peuvent manquer : elle est même utile à l’Accompagnateur pour bien suivre l’Harmonie ; mais quant aux autres Musiciens, on donne ordinairement à chacun sa Partie séparée, étant inutile pour lui de voir celle qu’il n’exécute pas.

Il y a pourtant quelques cas où l’on joint dans une Partie séparée d’autres Parties en Partition partielle, pour la commodité des exécutans. 1º. Dans les Parties Vocales, on note ordinairement la Basse continue en Partition avec chaque Partie récitante, soit pour éviter au Chanteur la peine de compter ses Pauses en suivant la Basse, soit pour qu’il se puisse accompagner lui-même en répétant ou récitant sa Partie.2 º. Les deux Parties d’un Duo chantant se notent en Partition dans chaque Partie séparée, afin que chaque Chanteur, ayant sous les yeux tout le Dialogue, en saisisse mieux l’esprit, & s’accorde plus aisément avec sa contre-Partie. 3º. Dans les Parties Instrumentales, on a soin, pour les Récitatifs obligés, de noter toujours la Partie chantante en Partition avec celle de l’Instrument, afin que dans ces alternatives de Chant non mesuré & de Symphonie mesurée, le Symphoniste prenne juste le tems des Ritournelles sans enjamber & sans retarder.

PARTITION est encore, chez les Facteurs d’Orgue & de Clavecin, une regle pour accorder l’Instrument, en commentant par une Corde ou un Tuyau de chaque Touche