Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/772

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


& se subdivisoit en trois autres Notes égales, une pour chaque Tems. Ainsi dans la Triple parfaite, la Breve ou Quarrée valoit, non deux, mais trois semi-Breves ou Rondes ; & ainsi des autres especes de Mesures Triples. Il y avoit pourtant un cas d’exception ; c’étoit lorsque cette Breve étoit immédiatement précédée ou suivie d’une semi-Breve ; car alors les deux ensemble ne faisant qu’une Mesure juste, dont la semi-Breve valoit un Tems, c’étoit une nécessité que la Breve n’en valût que deux ; & ainsi des autres Mesures.

C’est ainsi que se formoient les Tems de la Mesure Triple : mais quant aux subdivisions de ces mêmes Tems, elles se faisoient toujours selon la raison sous-double, & je ne connois point d’ancienne Musique où les Tems soient divisés en raison sous-Triple.

Les Modernes ont aussi plusieurs Mesures à trois Tems, de différentes valeurs, dont la plus simple se marque par un trois, & se remplit d’une Blanche pointée, faisant une Noire pour chaque Tems. Toutes les autres sont des Mesures appellées doubles, à cause que leur signe est composé de deux Chiffres. (Voyez MESURE.)

La seconde espece de Triple est celle qui se rapporte, non au nombre des Tems de la Mesure, mais à la division de chaque Tems en raison sous-Triple. Cette Mesure est, comme je viens de le dire, de moderne invention & se subdivise en deux especes, Mesure a deux Tems & Mesure à trois Tems, dont celles-ci peuvent être considérées comme des Mesures doublement Triples ; savoir 1̊. par les trois tems de la Mesure, & 2º. par les trois parties égales de chaque Tems. Les