Page:Rousseau - Du Contrat social éd. Beaulavon 1903.djvu/218

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


208 DU CONTRAT SOCIAL

magistrat suprême, qu'on peut se représenter, au milieu de cette progression, comme l'unité entre la série des fractions et celle des nombres ( 1 ).

Sans nous embarrasser dans cette multiplication de termes, contentons-nous de considérer le gou- vernement comme un nouveau corps dans l'Etat, distinct du peuple et du souverain, et intermédiaire entre l'un et l'autre.

Il y a cette différence essentielle entre ces deux corps, que l'État existe par lui-même, et que le gouvernement n'existe que par le souverain. Ainsi

même symbolisme mathématique pourrait donc s'appli- quer aussi à ces relations multiples et complexes. On pour-

. , . G G' G' G" rait écrire -^r == -=-, G „- = E ~, etc.

(*) Si nous considérons le pouvoir exécutif comme rassemblé dans un unique magistrat suprême, G «= i et

S c

nous avons alors, au lieu des rapports — — et -=-, les deux

G hj

S i

rapports et -g-. Ces rapports seraient égaux, si le peu- ple ne comptait qu'un seul citoyen, car alors S ==> i et, par suite, E =» i. Mais à mesure qu'augmente le nombre des citoyens et qu'augmente par suite la puissance du prince, chaque sujet reçoit de cette puissance une fraction d'autant

2 plus petite. Dans un Etat de 2 citoyens, — exprimerait le rap- port numérique du souverain au prince, et — le rapport

du prince aux sujets. Si S prend successivement les valeurs

3 1 4 I 10.000

3, 4» 10.000, etc., on aura — et -5- , — et -y-, — - — et

, etc. Les deux rapports de notre ancienne propor-

10.000 ' l ^ r x

tion s'éloignent donc de pois en plus l'un de l'autre, comme la série des nombres entiers et la série des nombres frac- tionnaires, tandis que le prince reste égal à l'unité.

�� �