Page:Rousseau - Du Contrat social éd. Beaulavon 1903.djvu/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


INTRODUCTION 63

reste donc bien général et théorique ; la méthode y est bien, en réalité et non pas seulement en apparence, rationnelle et a priori, et, si l'idée de Genève a parfois orienté la direction des déductions de Rousseau, je crois qu'elle n'en a jamais fourni les principes.

11 est moins aisé de déterminer ce que doit le Contrat social aux nombreux auteurs qui avaient, avant Rousseau, traité du droit politique. Il est certain [u'aucune des principales théories du Contrat, ni l'idée de l'état de nature et du droit naturel, ni l'idée du >acte servant de fondement aux droits politiques et ïivils, ni la doctrine de la souveraineté populaire, n'ont îté inventées par Rousseau. On Jes trouve exposées ivant lui dans de nombreux ouvrages, dont plusieurs ^ésentent des analogies — partielles mais saisissantes — ivec le sien. Lesquels ont réellement exercé une influence >ur sa pensée et dans quelle mesure? Il est d'autant >lus difficile de le savoir que Rousseau ne nous en a

  • ien dit. 11 cite ou mentionne brièvement çà et là les

>rincipaux auteurs politiques anciens et modernes ( 1 ), tais sans se proclamer leur disciple. 11 ne fait guère l'exception que pour Locke, dont il dit : « Locke, en >articulier, a traité les mêmes matières exactement dans les mêmes principes que moi ( 2 ) »; mais il faut remar- [uer que ce passage se trouve dans les Lettres de La Montagne, où Rousseau s'efforce de défendre son livre contre les accusations de ïronchin, et qu'il se cherche naturellement des garants et des autorités parmi les plus

(lettre du 7 nov. 1761), et, dans le passage des Confessions (II, ix, 1756) déjà plusieurs fois cité, il indique bien comment toutes ses études antérieures l'ont amené à la politique, et à la )olitique conçue de la manière la plus abstraite et théorique.

(M II cite notamment Platon et Aristote. Machiavel, Bodin, Irotiue, Hobbes et son traducteur Barbeyrac, Locke, Montes- [uieu,* l'abbé de Saint-Pierre, d'Argenson ; il nomme emplo- ient Altbusius, Spinoza, Pufïendorf, Burlamaqui, Sidney, etc.

(-) 6 e Lettre de la Montagne, p. 388.

�� �