Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/164

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
166
La Monongahéla

d’abordage ; il y en a qui sont brunes comme les négresses de la mer du sud, que je te recommande, mon garçon, d’autres qui sont blondes. Il y en a qui ont de la pudeur et d’autres qui n’en ont pas, et je dois te dire, pour ton instruction, que celles qui en ont le plus sont souvent celles qui en ont le moins.

— Comment ça, maître, fit Pompon-Filasse qui écarquillait de grands yeux en face d’une aussi claire démonstration.

— Comment ça ? Je me comprends, mon garçon. C’est-à-dire qu’il y a des femmes qui sont mieux défendues par leur simple innocence que par trois gros navires de cent canons.

— Mais, maître, vous n’aimez donc pas ça, vous, les femmes ?

Au lieu de répondre, Bertrand s’assit complètement, retroussa la manche de sa vareuse et découvrant un bras musculeux dont les nerfs faisaient saillie comme de gros cordages, il le porta sous le nez de Pompon.

— Reluque-moi ça ! dit-il.

— Quoi ? maître.

— Ne reluques-tu rien ? espèce de cachalot.

Et Bertrand désignait un tatouage qui avait la prétention de vouloir représenter deux cœurs super-