Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/17

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
19
La Monongahéla

… lequel aura pouvoir de connaître de toutes les causes civiles et criminelles pour les juger souverainement et en dernier ressort. » Puis l’autorisation de construire un séminaire épiscopal à Québec, que le roi accorda et dont les lettres-patentes furent expédiées en bonne et due forme au mois d’avril 1663.

Ses affaires étant terminées avec un succès égal à son zèle, le premier titulaire au siège apostolique de Québec quitta la France le jour de la Pentecôte, 19 mai 1663, accompagné de M. de Mésy, le nouveau gouverneur, qui venait remplacer le baron d’Avaugour, de M. Gaudet, nommé commissaire du roi et intendant, de MM. de Mezerets, Paulmiers et Rafeix.[1] Quelques compagnies d’hommes de troupe étaient aussi du convoi et cent nouvelles familles de colons.

Après une traversée orageuse, dans laquelle le scorbut enleva soixante personnes, ce qui lui permit d’exercer sa charité évangélique, Mgr de Laval arriva à Québec au commencement de septembre et fut reçu au son des cloches et au bruit du canon.

Il établit en arrivant une officialité, tribunal ecclésiastique où l’on jugeait les causes de ceux qui y avaient recours d’après les canons de l’église et les

  1. Ces renseignements sont empruntés aux « Notes sur la vie et les voyages de Mgr de Laval » par l’abbé de la Tour.