Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/223

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
225
La Monongahéla

dans les colonies américaines, où l’on n’avait pas songé à demander une retraite pour les pauvres exilés.

« Plus de sept mille acadiens avaient été ainsi dépouillés de leurs biens et chassés de leur pays en cette occasion ; mille d’entre eux furent jetés dans le Massachusetts ; quatre cent cinquante furent envoyés dans la Pennsylvanie et débarqués à Philadelphie où l’on proposa de les vendre s’ils voulaient y consentir, proposition qui fut rejetée avec indignation par les prisonniers. D’autres envoyés dans la Georgie, entreprirent de retourner dans leur pays, lorsqu’un ordre du général Lawrence les força de renoncer à leur projet.

« À peine les troupes anglo-américaines se furent-elles acquittées de la pénible exécution qui leur avait été confiée, que les soldats furent frappés de l’horreur de la situation.

« Placés au milieu de riches campagnes, ils se trouvaient néanmoins dans une profonde solitude. Les volumes de fumée qui s’élevaient au-dessus des maisons incendiées marquaient les lieux où, quelques jours auparavant, demeuraient des familles heureuses, les animaux des fermes s’assemblaient, inquiets, autour des ruines fumantes, comme s’ils eussent espéré de voir revenir leurs maîtres ; pendant les longues nuits les chiens de garde hurlaient sur les scènes de désolation ; leurs voix plaintives semblaient