Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/36

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
38
La Monongahéla

dame de Vaudreuil, savez-vous la grâce que je demande au ciel en ce moment ?

— Qu’est-ce donc ? madame.

— Eh bien ! je lui demande de me donner le courage de vous mettre à la porte.

— Merci, madame ! répondit de Sabrevois avec un sérieux imperturbable au milieu des éclats de rire de toute l’assistance.

— Madame la marquise, fit tout à coup Daniel de St-Denis, si M. de Sabrevois abuse un peu de l’indulgence de votre hospitalité, cette indulgence doit être plus grande encore aujourd’hui, car notre ami — du moins si j’en crois la rumeur publique — subit en ce moment les dernières convulsions d’un vieux célibataire.

— Mille baïonnettes ! que voulez-vous dire ? s’écria M. de Sabrevois.

— Mais on m’assure que vous vous rangez définitivement et que vous allez épouser…

— Qui ? fit Léonine de Beaujeu en avançant son museau rose.

— Une de ces beautés graisseuses et enfumées du pays des Iroquois que notre ami prise tant, mademoiselle.

Cette saillie fit rire tout le monde, même M. de Sabrevois.

En attendant que le calme se rétablisse, faisons