Page:Rousseau - Le château de Beaumanoir, 1886.djvu/29

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


V

UNE CHASSE AU CHÂTEAU
DE BEAUMANOIR


Le lecteur l’a sans doute deviné, Claire et Louis s’aimaient. Comment cet amour était-il venu ? Dans une circonstance assez romanesque pour frapper l’imagination des deux jeunes gens dont le cœur n’avait pas encore été troublé par ce sentiment, circonstance que nous allons faire connaître.

Tous les touristes qui ont visité la vieille cité de Champlain connaissent cette belle route de Charlesbourg qui conduit aux ruines du château de Beaumanoir — connu plus généralement sous le nom de château Bigot — célèbre par les orgies de cet intendant et de ses familiers. Les aventureuses lubricités de ce triste personnage de notre histoire ont été trop souvent racontées pour que nous en faisions même un court récit qui, du reste, n’aurait pas sa place ici.

Mais on ignore peut-être généralement que si Bigot a donné au Canada le spectacle des mœurs dissolues de ses protecteurs en France, il était, à ses heures, homme de bonne compagnie, et qu’à côté de ses orgies auxquelles n’étaient conviés que le dessus du panier des