Page:Roussel - Impressions d Afrique (1910).djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


mêmes des Incomparables, représentés chacun par cent actions qui montaient ou baissaient suivant les pronostics personnels des joueurs sur le résultat du concours. Toutes les transactions se réglaient comptant, en billets de banque ou en espèces sonnantes.

Pendant un quart d’heure les cinq intermédiaires hurlèrent sans trêve de piteux alexandrins, que les spéculateurs, d’après les fluctuations de la cote, improvisaient hâtivement à grands renforts de chevilles.

Enfin Hounsfield et Cerjat marquèrent en se levant la fin du trafic, puis descendirent, suivis de leurs trois commis, pour se mêler en même temps que moi à la foule des joueurs, qui revint se masser sur son ancienne place, le dos tourné à la prison.

Les guerriers noirs se rangèrent de nouveau dans leur ordre primitif, évitant toutefois, sur injonction de Rao, les entours immédiats de la Bourse, propres à fournir un passage utilisable.


La représentation de gala commença.

D’abord les quatre frères Boucharessas firent leur apparition, tous revêtus de la même tenue