Page:Routhier - En canot, petit voyage au lac St-Jean, 1881.djvu/173

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


XIV

Les derniers coups d’avirons.


Il est temps de dîner, et l’endroit où nous sommes est le plus pittoresque que l’on puisse voir.

La table est dressée sur un joli plateau couvert de gazon, formant une pointe, et nos canots sont couchés sur le sable dans