Page:Routhier - Nouveau Chemin de la croix, 1891.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
50
NOUVEAU CHEMIN

son pénible chemin, et a gravi la montagne de la vieillesse, tous les biens de ce monde lui sont ravis les uns après les autres. Les forces l’abandonnent, la santé lui fait défaut, les espérances, les amours, les illusions se flétrissent et tombent comme des vêtements en lambeaux. Il a encore des richesses, peut-être, mais il n’en peut plus jouir ; des honneurs, mais il n’y tient plus.

Tous les vains dehors du faste et des plaisirs n’ont plus de charme pour lui, et il les sacrifierait pour une seule année de jeunesse. Mais la jeunesse ne reviendra plus ; et les vains ornements de sa vie, tombant les uns après les autres, le laissent bientôt dans cet