Page:Roux - Garçon d’honneur !, 1883.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Ma présence fit une crise.
Je lui devais… mais de si loin !…
Vingt francs à ce ladre bonhomme.

« Vous voilà ! prudent voyageur ! »

S’écrie-t-il de sa voix rogomme,

« Mes compliments ! cher débiteur. »

De mon absence il fait un crime,
De ma dette un détournement…
J’avais pris la fuite à Solyme…
Allait fondre le châtiment…
Pour résumer son olynthienne,
Faudrait une main de papier.

Je rôtissais dans ma géhenne.

Il cria de congédier
Si je ne « casquais ». Sur ma joue
Vous devez penser quel Phébus.
Par les huis arrivait la moue
Des vingt convives détenus.
Et comment leur donner le change ?
Le Girodot hurlait toujours.
Des huissiers la grasse phalange
Se tordait comme cent-six fours.
C’est qu’à la suite du vacarme,
— Voilà le hic du racontar —
Je vis d’un soupçon de gendarme