Page:Roy - Romanciers de chez nous, 1935.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
15
LES ANCIENS CANADIENS

lèvres mêmes des derniers défenseurs de la Nouvelle-France le récit de leurs actions. Par son père et sa mère, il se trouvait être presque le contemporain, et il fut lui-même le témoin de ces mœurs patriarcales qui caractérisaient la vie de nos anciens, avant 1760, et pendant les dernières années du dix-huitième siècle. C’était donc à lui de parler avec toute l’autorité de ses soixante-quinze ans ; c’était à lui de « raconter les délicieuses histoires du peuple canadien avant qu’il les oubliât. » Les autres, les jeunes, ne pouvaient guère recevoir que de la bouche des vieillards ce secret du passé. Et puis, encore, n’y aurait-il pas un intérêt puissant à voir cet homme qu’entraînait déjà dans son flot le courant irrésistible des habitudes nouvelles, essayer de se reprendre aux vieilles traditions et de montrer et de découvrir à l’œil des contemporains qui étaient ses fils, les moeurs et la vie d’une autre époque et d’un autre siècle ?

Au surplus, les anciens souvenirs de M. de Gaspé étaient situés dans un recul assez lointain pour qu’ils fussent déjà tout pénétrés de poésie, et enveloppés de merveilleuses légendes. Et ce serait donc tout ensemble de la réalité et de la fantaisie, de la vérité et de la fiction, qui alterneraient dans ces pages offertes aux petits enfants des soldats de 1760, et qui les feraient bien vite ressembler, ces pages ingénues, à ces naïfs récits d’Hérodote qui enchantaient l’imagination des fils des vainqueurs de Salamine. C’est donc dans le véritable mirage où se bercent les souvenirs des vieillards, c’est presque déjà dans une lumière d’épopée que M. de Gaspé, tout comme l’auteur des Histoires, pouvait placer les personnages, les événements qui remplissent son livre, toutes les choses qui furent la grandeur et la force des Anciens Canadiens.

Dans ce lointain fantastique, M. de Gaspé aperçoit la petite et la grande histoire ; et s’il s’inquiète de nous révéler l’une et l’autre, il est bien visible qu’il incline plus volontiers vers la petite, ou, si l’on aime mieux, vers celle qui se fait chaque jour et se compose des habitudes